Chefferie coutumière au Burkina : Du ministre des télécommunications au Chef de Matiacoali

Article : Chefferie coutumière au Burkina : Du ministre des télécommunications au Chef de Matiacoali
14 juin 2011

Chefferie coutumière au Burkina : Du ministre des télécommunications au Chef de Matiacoali

Chef Yentchuli de Matiacoali entouré des sages

Ce vendredi 3 Juin 2011, l’ancien ministre des télécommunications Tiéba Justin Thiombiano a été intronisé chef de Matiacoali.

Matiacoali est une localité situé à l’Est du Burkina, sur l’axe Ouagadougou-Niger. En ce jour d’intronisation, Parents, amis et  anciens collègues du nouveau chef ont fait acte de leur présence à Matiacoali.

Après avoir été « Préparé mystiquement » dans une case dévolue pour la circonstance pendant une semaine, le chef  reçoit tout le beau monde  drainé à son domicile pour les festivités de son intronisation.

Assis devant la concession, vêtu d’un boubou blanc avec une large poche. Chaque visiteur désirant lui rendre hommage doit  passer le saluer et mettre un billet de banque ou une enveloppe contenant de l’argent dans la poche de son boubou. Cela se fait sous le regard et le son du tambour, de la calebasse des griots chantant les louanges du chef.

A la cérémonie, on pouvait aussi voir un rituel visant à asseoir cette chefferie : le chef entouré de quelques sages hommes comme femmes ; un jeune homme le ventile avec un éventail ; un autre tient une sagaie en se tenant débout à ses côtés ; un autre accroupie, a devant lui, un plateau rempli de viande crue duquel il extrait la graisse  pour le chef qui se frotte les mains et les lui remet. Sans oublier le dolo (la bière du sorgho) qui coulait à flot. Aucune explication ne m’a été donnée pour ce rituel. On s’en tient à ce qu’on a vu.

Justin Tiéba Tiombiano se nomme désormais « Yentchuli » ce qui signifie antichambre de Dieu.

Partagez